The cure for boredom is curiosity. There is no cure for curiosity

dimanche 26 juillet 2009

e-soldes chez urban outfitters et globalisation

J'étais en vacances à New york pendant les soldes. J'aurais pu comme beaucoup de mes compatriotes européens, faire des emplettes bradées à outrance, surtout que le change des dollars en euros est avantageux en ce moment : 1 euro vaut environ 1,5 dollars.
Pour convertir un prix du dollar à l'euro, j'ai pris la méthode qui facilitait au mieux le calcul mental que j'avais à faire : je multiplie le prix en dollars par 3, je divise par 10 (jusqu'ici j'ai multiplié par 0,3 mais dit comme ça mon cerveau a du mal à le faire mentalement) puis je soustrais ce résultat à la somme en dollars pour avoir l'équivalent en Euros.
Dit plus simplement, je soustrais 30% au prix en dollars.
Globalisation oblige, c'était les soldes là bas aussi, donc 30% de plus sur les soldes grâce au change.
MAIS, sachez que les prix affichés aux états-Unis sont hors taxe, petit piège qu'on retrouve au restaurant.... sans compter que le service n'est pas compris dans la note (bill), il faut laisser environ 20% du prix de la commande en pourboire (tips) au risque de passer pour un gros radin.
Les français traînent cette réputation à cause d'un choc culturel : en France, le pourboire est facultatif parce que le service est compris dans la note...
Bref, je voulais aller chez Macy's pour acheter des boucles d'oreille, à séphora pour acheter un vernis OPI couleur métro chic (pour ma soeur aînée qui m'avait donné les références parce qu'on ne peut pas encore le trouver en France et parce qu'elle aime bien être chic dans le métro) et à century 21 (magasin de dégriffes ET agence immobilière, comme chez nous!) près de Ground Zero, où là par contre je n'ai rien acheté parce que j'avais pris la décision de ne voyager qu'avec des bagages à main : pas de bagage en soute égale gain de temps et absence du risque de perte de la part de la compagnie aérienne!
Me voilà donc à résister aux petits prix par manque d'espace dans mes sacs.
Le manque d'espace dans mon appartement n'avait pas réussi à limiter ma consommation jusque là,mais là, la perspective de devoir acheter un nouveau sac pour pouvoir le remplir de nouvelles acquisitions, devoir le mettre en soute et rentrer en avion chargée comme un baudet, a freiné mes ardeurs.
Mon cerveau a alors pensé de façon pratique, mode qu'il a d'habitude du mal à aborder,
la pulsion a été moins forte que mon esprit rationnel, cette fois!
Donc j'ai résisté à New York...
Mais, malheur à moi : alors que je pars pour une seule et unique journée à Philadelphie, ne faut-il pas qu'un urban outfitters croise ma route et ouvre grand ses portes automatiques alors que mes yeux sortent de leur orbite pour aller mieux apprécier, à l'intérieur, le design précis de cette confection de qualité.

Là, alors que je ne traduisais plus le mot "sales" depuis plusieurs jours, me contentant de lire ce mot en français pour me dégoûter d'acheter (d'ailleurs, je faisais de même pour le mot "the" qui me donnait envie d'une petite infusion, que je remplaçais par un latte au starbuck, plus facile à trouver à tous les corners.)... j'ai craqué!
J'ai acheté uniquement des T-shirt (dont un bustier noir pour ma petite soeur) que j'ai heureusement pu bourrer dans mes sacs-cabine, et un joli panama gris que j'ai dû garder sur la tête pour ne pas m'encombrer.

Je suis donc rentrée en France un peu frustrée, bien que conquise par l'architecture et les bons moments passés en compagnie d'amis expatriés que je ne vois que trop peu souvent.
Il me manquait l'agitation, les bagels au cream cheese et...des vêtements urban outfitters!
J'ai depuis réglé deux de ces problèmes : j'ai trouvé des bagels monop que je toaste et sur lesquels je tartine du boursin figue et noix (si quelqu'un connait un autre fromage qui rappellerait mieux le cream cheese...) et j'ai fait les soldes sur Urban Outfitters. com!
Voilà mon butin : une jupe tube de la marque Cheap Monday à 30 euros, un Jean Silence and Noise à 37,5 euros et une blouse en Chambray de Kimchi & Blue à 15 euros.
C'est pas beau internet?

Ce post n'a pas été commandé par Urban outfitters ni par l'office de toursime de NYC, mais je vous conseille vivement cette destination, pour moi, l'année prochaine ce sera le Japon, je cherche déjà un Paris-Tokyo.

6 commentaires:

diane a dit…

quel plaisir de te lire à nouveau! j'ai adoré suivre ton périple new-yorkais, quel courage de résister ainsi!
à bientôt!

willykean a dit…

Eh bien bravo! C'est très difficile de résister. Moi j'ai pu parce que le sort en a décidé ainsi (problème de santé) Mais à la veille de mon départ en vacances, je vais quand même devoir me trouver des sandales...

Anonyme a dit…

and the design and pattern of the wedding dress should enhance the charm of the bride wedding dress online The extra work done on the dresses, as that of stone work prom dresses pearl work and embroidery also need to be considered to select the most elegant dress as wedding dresses that fits well for the wedding ceremony.The wedding dress for the wedding day should also be selected with care wedding gowns as the bride becomes the star of the function wholesale bridal gowns

Anonyme a dit…

formal little black dresses
little white dresses boutique

7d488b40-64aa-11e0-a4dc-000bcdcb2996 a dit…

robes de soirée
robes de soirée

dingdeshi a dit…

Bon c'est sûr, là elle se sent un peu seule, mais je cours trouver une table en attendant mes meubles! Comme ça robes de bal je vais pouvoir attaquer la déco!!!!Et parce que Grenoble est vraiment un très bel endroit et parce qu'on s'y robes de bal sent déjà chez nous:avril2011 robes de bal