The cure for boredom is curiosity. There is no cure for curiosity

vendredi 25 janvier 2008

Le malentendu


Quand on écrit, comme quand on parle, on prend le risque du malentendu. Chaque fois qu'on s'exprime, qu'on pense le faire clairement et qu'on croit que l'autre a compris, l'idée peut être déformée par l'interprétation.

Les vrais quiproquos, ceux qui sont résolus trop tard ou jamais, naissent d'une dénaturation du message entre l'émission et la réception . Le destinataire pense avoir compris mais il peut se méprendre et l'envoyeur n'a pas l'occasion de s'expliquer puisqu'il leur semble à tous deux s'être entendus sur une même réalité.

Les brouilleurs de sens sont l'interprétation et son inséparable subjectivité. Normalement, interpréter c'est expliquer, rendre plus clair mais c'est aussi prendre l'information dans un sens précis : notre cerveau ne valide pas tous les sens possibles dans une suspension de réflexion ; il tranche pour une interprétation, celle qui lui paraît la plus adaptée, la plus plausible et qui n'est pas nécessairement la bonne. Interpréter c'est donner une signification à des propos et c'est le risque de les déformer au point de parfois leur faire dire le contraire de l'intention première. Selon Paul Ricoeur : "l'interprétation est le travail de pensée qui consiste à déchiffrer le sens caché dans le sens apparent", cette définition vaut aussi pour l'interprétation du comédien (cf. la pièce de Camus ci-dessus).

Finalement cet effort d'interprétation, qui est un risque de la communication, n'est nécessaire que quand des propos ont une pluralité de sens possibles. Par exemple "passe-moi le pain" est rarement mal pris, quoique entre en ligne de compte le ton, la tonalité qui sont d'autres indices de l'intention.

Et vous, redoutez-vous d'être mal compris, dans vos blogs ou dans la vie?

Edit : Joyeux anniversaire Cybèle!!

12 commentaires:

CECILE a dit…

Je redoute le malentendu sur mon blog, c'est peur-être pour cela que j'évite quelques sujets trop épineux, car par écrit il est difficile de saisir toutes les nuances, parfois l'humour et la dérision...
Dans la vie, je me fais souvent avoir par une intonation mal appropriée. Un "Bonne soirée !" peut devenir un "Bonne soirée ???"
Ma spontanéité peut quelques fois être mal interprétée... on ne se refait pas !

Flabbergasted a dit…

J'ai acquis depuis longtemps la conviction que la meilleure manière de transmettre un propos est d'utiliser en même temps tous les vecteurs de communication envisageables : paroles, regard, gestuelle, rythme et accentuations, métaphores, vocabulaire issu de l'argot ou de langues étrangères, etc. à chaque fois que cela permet de faire passer le message plus vite et de le rendre plus précis. Evidemment, les possibilités sont limitées à l'écrit ou dans des circonstances conventionnelles (où on se doit de faire bonne impression par ex !)...

"celle qui lui paraît la plus adaptée, la plus plausible et qui n'est pas nécessairement la bonne" : oui, et on pourrait ajouter un autre cas, peut-être moins courant et plus complexe, où l'interprétation la plus évidente est inconsciemment refoulée par la personne qui écoute les propos (parce que trop douloureuse à entendre ou trop éloignée de ce qu'elle attend de la personne qui l'énonce), conduisant là aussi au "misunderstanding".

PS Ces derniers temps je croyais avoir des hallucinations, mais maintenant je suis sûr : l'une de tes photos d'en-tête change tous les jours ! :)

Scheharazade a dit…

J'aime beaucoup la citation.^^

C'est vrai qu'être mal compris peut entraîner un déchaînement d'ires. Donc, j'essaie de ne pas entraîner de quiproquos.^^

chu

diane a dit…

c'est vrai ce que tu dis cécile. en lisant ton article "un bébé...pour quoi faire?", certaines personnes auraient pu être choquées par des idées comme le bébé-serpillère,etc, alors que évidemment c'était de l'humour, que l'on comprend mieux d'ailleurs quand on a vécu soi-même la même chose.
le malentendu, j'ai l'impression, vient souvent du fait qu'on a pas la même expérience. mais bon heureusement!...
sur mon blog, je relis au moins trois fois mon post avant de l'envoyer tellement j'ai peur de faire une "bourde".

Amylee a dit…

Salut la Miss ! Ne t'inquiète pas si cette semaine, je n'ai pas trop bloggé sur la blogo c'est qu'actuellement, je suis en vacances dans le Cantal. Vacances un peu forcées car j'en était arrivé à un tel point de fatigue que ma tension avait chuté à 7. Depuis le mois de Novembre, je ne lâchait plus l'accélérateur et je commençait à trop accumuler les nuits blanches.
Concernant les quiproquos, c'est vrai que parfois, j'ai peur d'être mal comprise car étant de nature très taquine, j'écris souvent sur le ton de l'humour et il se peut parfois que cela soit mal interprété. Alors, quand je fais de l'humour, je fais super gaffe et je n'hésite pas à mettre des émoticons car sinon aïe aïe, la personne peut vite le prendre très mal !
Pour info aux autres blogeuses Amylee, c'est la trépidente blogeuse de trender qui n'a pas sa langue dans sa poche, un peu arty sur les bords (mais comme les bords sont extra larges) et qui fait des blagues à 3 francs six sous pour mettre l'ambiance !!!
Bises
PS : Je profite un max de mes derniers jours de vacances qui se terminent dimanche, bon ouik !

LittleJujube a dit…

C'est vrai qu'à l'écrit, il est bien plus difficile de faire comprendre de l'ironie ou de l'humour sans que cela soit mal perçu et parfois, à l'oral c'est pareil, selon le vécu ou le degré de compréhension de la personne en face, un quiproquo est vite arrivé! J'essaie donc de m'adapter mais ce n'est pas toujours évident, et puis il faut qd-même bien rester soit même, au risque de déplaire à certains!!!

grenadine a dit…

cécile : c'est vrai que si l' intonation a l'air d'être un indice supplémentaire, elle n'est pas plus fidèle à l'émetteur puisque son interprétation par le récepteur est aussi risquée que les mots eux-mêmes.

flab : tu as raison de mettre toutes les chances de ton côté, même si la somme d'infos peut également brouiller le message. Quant au 3ème cas que tu penses à citer: celui du déni, le malentendu voulu par l'inconscient du récepteur...c'était très bien vu. J'ai peu recours à l'explication psychanalytique dans mes analyses(contrairement à ma soeur aînée).
Oui, la photo qui change est celle pour laquelle j'ai appelé au vote, celui-ci ne s'étant pas stabilisé, je me suis retrouvée en flottement!

sche(rie) : tu peux! Ricoeur est une référence et on ne peut pas l'accuser d'obscurantisme, il cherche au contraire à rendre les concepts philosophiques accessibles à tous. je ne sais pas de quoi tu parles quand tu dis "déchaînement d'ires"?

diane : j'ai aussi trouvé que le post "un bébé...pour quoi faire?" de cécile était une preuve de bollocks (cojones pour les hispanos).
Je suis d'accord avec ton analyse : "le malentendu vient du fait qu'on n'a pas la même expérience".

amylee : Bonnes vacances ma cyber-copine, ça fait un sacrément long message pour qq'un qui n'a pas le temps d'aller sur les blogs!!
Donc si je comprends bien, demain tu reprends ton rythme effréné.
Surveille ta tension et priorité au sommeil quand il se fait sentir (notre corps n'envoie pas tant de messages mais quand il le fait c'est vraiment qu'il a besoin d'être écouté : ex. quand tu as soif tu es déjà en phase de déshydratation, en gros ce n'est pas de la prévention c'est une alerte!).

littlejujube : c'est sûr qu'il ne faut pas que ce risque nous échaude au point de n'avoir plus que des conversations exclusivement 1er degré (type "passe moi le pain") qui limitent la prise de risque.
c'est pas grave, on prend aussi le risque de l'humour et on reste vigilant pour s'expliquer si besoin.

nina de zio peppino a dit…

C'est tellement vrai ! Difficile de se faire comprendre parfois. l'essentiel est de se comprendre soi même…Sinon, faut pas chercher à comprendre…il faut réessayer de se faire comprendre par d'autres explications sinon gare à la critique impardonnable !

grenadine a dit…

nina : j'aime ton prénom!
On dit que "ce qui conçoit bien s'énonce clairement", déjà je doute de cette affirmation et c'est bien dommage que, même bien formulée, l'idée puisse passer de travers...
Et le pire c'est quand on ne sait pas qu'elle est mal passée!

Cybèle a dit…

c'est vrai que moi, souvent quand on ne me comprend pas je dois admettre que c'est parce que j'ai un mal de chien à m'expliquer clairement!

grenadine a dit…

cybèle : mais on te laisse une chance de t'expliquer, contrairement aux malentendus où tout a semblé clair à l'autre, mais ce n'était pas le message envoyé qu'il a reçu!

yespromdresses a dit…

robe de bal

robes à la mode